Bahia de Los Angeles

Pour la fin de la semaine de congés des enfants nous avons pris des vacances à Bahia de Los Angeles, dans le golfe de Californie. Nous y avons passé quatre jours.

Nous avons commencé par nous installer sur la plage du centre ville, que nous avons eu pour nous seuls. Par contre, nous avons dû opérer un nettoyage des lieux en règle car il y a des déchets un peu partout. En moins d’une heure, nous avons ramassé quatre sacs pleins. Morceaux de plastique, cordes, chaussures et autres morceaux de verre jonchent le sol. C’est le revers de la carte postale : les paysages sont magnifiques mais dans la ville on trouve des bâtiments à l’abandon, des constructions inachevées et des décharges à ciel ouvert. Nos deux bivouacs suivants, plus à l’écart étaient plus épargnés mais pour combien de temps?

Malgré tout, nous avons bien profité de notre petite pause, en alternant entre châteaux de sables et baignades.

Les parents ont mis les enfants à la préparation des repas pendant qu’ils supervisaient, les doigts de pied en éventail…

On en profite aussi pour refaire une beauté à Bôtiluth, changement de bougie, changement des filtres et vidange… Sauf que, au moment de démonter le filtre à huile, je peine. Jo tente, mais rien à faire. Il est bloqué. Et à force de tirer, on casse la clef à sangle. Je croise Laurent et Christian, des français cyclistes dont nous reparlerons un peu plus tard, et Christian s’y essaye à son tour, en vain. Je pars donc en quête d’un outil adapté… Un dimanche après midi! Je finis par tomber sur Guilly, un mexicain très serviable qui m’amène chez lui (une caravane entourée de tôle), me montre ses images de poisson car c’est un grand amateur de pèche, et finalement me présente ses outils. Dans ce capharnaum, rien ne correspond à ce que je cherche. Finalement, à force d’explications dans mon espagnol hésitant, il va voir un voisin a qui il a donné une clef à chaîne, beaucoup plus robuste que la mienne : c’est ça qu’il faut! Il revient avec moi à la plage, après avoir tiré une bouffée de marijuana d’une pipe métallique, en m’expliquant que c’était mieux que de manger. Soit !?!?. Tout compte fait, nous parvenons enfin à dévisser le filtre : quelle aventure!

Nous pouvons reprendre notre activité du moment : la farniente!… Nous aurons aussi une petite excursion en mer, mais celle-là fera l’objet d’un article à part pour bien montrer toute la superbe de cette expérience.

Finalement, il était temps de reprendre l’école : nous sommes sur un rythme de trois semaines de cours puis une semaine de vacances. C’est la théorie, bien sûr, on adapte parfois en fonction des visites et de l’avancement du programme. Mais quoi qu’il en soit, une reprise avec salle de classe sur la plage, on a vu pire!

Après un dernier lever de soleil sur la baie et une dictée, nous décidons de REprendre la route (ce sera effectivement la même route car nous suivons la seule route goudronnée!). La direction, la côte ouest de la péninsule vers une petite ville appelée Guerrero Negro connue pour sa production de sel et la venue des baleines grises…. en décembre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :