En route vers l’Amazonie!

Cap à l’est, nous partons pour une petite incursion dans la forêt amazonienne!… Mais avant ça, il faut franchir la cordillère. En route Bôbo  ! Il est épatant, on surveille l’altimètre, et c’est bien parce qu’on n’en a pas, qu’on n’a pas débouché le champagne… Premier col au delà de 4000m passé les doigts dans le nez (euh, les roues dans les cylindres?).

Par contre, nous y ferons un arrêt prolongé, en haut du col, car nous arrivons sur les lieux d’un accident qui vient de se produire. Il n’y a qu’un blessé léger mais il est immobilisé dans le véhicule et ses compères sont plus préoccupés par trouver une solution pour les touristes qu’ils accompagnaient… Nous restons donc jusqu’à l’arrivée des secours, en sécurisant la zone et surveillant le blessé. Jo pose des triangles en amont et en aval des grands virages pendant que Daphné discute en espagnol pour s’assurer de la bonne conscience du monsieur.

Nous amorçons ensuite notre descente, nous allons jusqu’à une altitude de 500m. Sacré dénivelé! On n’y croise pas les ours à lunette annoncés, par contre, le coté humide de l’Amazonie, on le constate très vite…

Nous faisons le soir étape à Tena où nous partons visiter un parc dans lequel on a un aperçu de la fameuse forêt, en version aménagée, puisque une petite passerelle a été installée. Sauf que rapidement, il manque les planches de la dite passerelle… Youpi, nous sommes des vrais aventuriers!

Une grande partie du parc a l’air à l’abandon, et la balade se terminera sur un cul de sac. Nous avons tout de même ramassé des cabosses de cacao, qui pousse absolument partout. On est devenus expert en repérage de ces drôles d’arbres dont les fruits poussent sur le tronc.

Ceux qui profitent le plus de la pulpe blanche que contiennent les cabosses sont de petits singes que nous découvrons en revenant vers l’entrée. Ils vivent en semi liberté ici, il y a une sorte de grillage, mais qui ne les empêche pas de sortir.

Nous quittons l’endroit un peu mitigés, en ayant l’impression de ne pas avoir bien compris le fonctionnement de ce parc (où avaient lieu en même temps des cours de danse!).

Le lendemain, nous partons vers le camp de sinchi warmi, un centre monté par des femmes Quechua qui en plus du logement, propose des activités de découverte de la culture locale. Nous avions repéré ici une activité qui convient parfaitement à notre petite troupe, notre objectif du jour est de fabriquer des bracelets à la méthode artisanale locale.

Nous suivons donc notre institutrice du jour qui nous présente, le long du chemin, les plantes, leurs vertus et leur utilité (médicinale, gustatives, ornementale etc). Rapidement, nous faisons une pause pour ramasser quelques fruits sombres dont elle gratte la croûte, et nous sommes alors maquillées (oui, les garçons passent leur tour) de symboles de la tribu.

Nous passons également par la hutte commune où sont réunies quelques femmes et ou nous en apprenons plus sur l’organisation de la communauté, avec les rôles de chacun et la vie quotidienne.

Après un passage dans la forêt, nous arrivons à une zone où pousse une plante grasse immense (un genre d’agave) dont nous prélevons une feuille. Celle ci, roulée pour être cassée, autour d’un arbre, laisse apparaître des fibres sous la chair. Notre guide finit de la gratter au couteau pour finir de retirer la pulpe.

Puis, directement accrochées sur l’arbre, nous passons au tressage des fils et à leur teinture. En plus du violet, nous avons aussi trouvé du jaune avec le curcuma! Les grandes s’appliquent avec leur nouvelle amie qui leur montre et nous accompagnera au delà de l’activité. Très vite, nous obtenons des fils solides, difficile de croire qu’il y a quelques minutes ils étaient dans la feuille que nous venons de couper!

Nous partons ensuite nous installer pour fabriquer nos bracelets, sur lesquels nous enfilons, en guise de perles des graines séchées. Petits et grands s’appliquent…

Même si les deux petits perdront patience pour aller jouer dans le hamac pendant que les parents finissent leurs œuvres. Nous voilà donc tous fiers de nos nouveaux bracelets : «c’est nous qu’on l’a fait!»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :