Vallée sacrée, 1ère partie: Pisaq et Sacsayhuaman

Munis du «Boleto turistico», seul moyen de visiter de nombreux sites de la vallée sacrée, nous partons à la découverte d’une première ville Inca : Pisaq. Perchée en haut d’une montagne, dominant la vallée et des dizaines de terrasses prévues pour les cultures, le site est très grand et nous n’en verrons qu’une partie car il faut plus d’une heure et demie de marche pour en atteindre le bout !

Nous nous promenons dans les ruines du hameau qui pourrait rappeler des villages perchés de Provence, le cadre est cependant plus large, grand et haut. La cordillère des Andes est décidément à une autre échelle que les paysages que l’on a pu voir jusqu’à maintenant.

Nous admirons cette vue et sommes surpris par les trous que l’on observe sur la paroi d’en face, il s’agit en fait du cimetière de la ville, plus de 3000 tombes y ont été trouvées. Les funérailles devaient ressembler à une séance de varap!

Dans les vestiges, nous constatons le savoir faire des ingénieurs incas, entre les réseaux d’eau, les terrasses agricoles et la «maçonnerie» des fondations, il y en a des connaissances!

Les enfants jouent dans les ruines, pour les grandes en s’imaginant la disposition des meubles dans les maisons, et pour les deux petits en grimpant dans les petites ruelles.

Après cette bonne visite, nous nous octroyons un petit pique nique avec vue, encore une fois, on a connu pire!

Notre deuxième visite de la vallée sacrée sera le site de Sacsayhuaman, un fort qui domine la ville de Cusco. Malheureusement la pluie est au rendez-vous et nous ne nous attarderons pas très longtemps.

Nous trouvons ici une démonstration magistrale des empilages de pierres ajustées d’une taille monumentale! Les fortifications en zig zag et l’épaisseur des murs laissent bien imaginer qu’il devait être difficile de s’y attaquer…

En haut, on trouve des fondations au formes très particulières, et on regrette le manque total d’information données sur les sites. A moins de prendre un guide, il est difficile de comprendre vraiment les utilisations des lieux. C’est un point négatif qui revient régulièrement au Pérou, il n’y a que très peu d’indications sur les lieux…

Quoi qu’il en soit, nous avons beaucoup apprécié Sacsayhuaman, et pour finir, on ira saluer un troupeau de lama que les touristes n’ont pas l’air de déranger beaucoup !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :