Cochabamba

Nous reprenons la route à travers l’altiplano, toujours aussi grand, toujours aussi beau… Et nous sommes toujours impressionnés de voir les altitudes à plus de 4000m dans ces grandes plaines entourées de montagnes! On comprend malgré tout pourquoi on a si froid le matin!

Après des kilomètres de route droite et bonne, nous bifurquons vers Cochabamba, en contrebas de la cordillère… Et là, c’est une autre histoire car toute la route est en travaux, donc c’est sur de la piste en lacets que nous roulons pendant de longues heures!

Enfin arrivés, après une matinée de détente au camping, nous laissons Bôtiluth se reposer et partons en bus vers le centre ville.

Nous arpentons le marché, ou plutôt LES marchés, il y en a partout, nous n’avions pas encore vu si grand! Chaque allée a sa spécialité, nous déjeunons dans la zone appropriée, puis partons chez les horlogers faire réparer la montre de Thémis. Après cela, il y a le secteur des tissus, celui des animaux, celui des instruments de musique, et même celui des interrupteurs!

Nous y faisons le ravitaillement, le long des routes où passent des bus, des voitures, des motos, mais aussi des pick ups ouverts qui vendent en roulant des cacahuètes ou du papier toilette!

C’est un joyeux bazar, d’un côté les marchands ambulant vantent leurs produits, de l’autre les minibus klaxonnent pour passer, et au milieu les policiers donnent quelques coups de sifflets pour réguler tout ça!

Après plus de trois heures sans jamais voir le bout du marché, nous décidons de rentrer au camping… Sauf que, après avoir longuement attendu celui qu’il nous fallait, on finit par se rendre compte qu’on n’est pas dans le bon sens et qu’il n’a pas l’air près du terminus! Au bout d’un moment, nous sortons et interpellons un taxi, mais manque de chance, on est trop loin de notre destination, il ne peut pas y aller (ou ne veut pas, ce n’est pas clair). Il nous rapproche, on prend un autre minibus, avant finalement d’arriver à retrouver le notre, dans le bon sens cette fois… Deux heures plus tard (la traversée du marché en bus est moins rapide qu’à pied), les enfants s’endormiront cette fois sans soucis : Victoire!

Un commentaire sur “Cochabamba

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :