Torotoro, épisode 2

Le lendemain, nous laissons Bôtiluth prendre du repos et prenons un 4×4 en direction de la ciudad de Itas, qui surplombe la vallée de Torotoro. En chemin, nous faisons une halte au point de vue pour admirer les formations si particulières qui nous ont interpellées en arrivant. Ici, on parle de «la bouche de crocodile», et effectivement, c’est très ressemblant! Les couches planes ont été incurvées par la pression des mouvements de plaques jusqu’à se trouver pratiquement verticales. C’est ainsi que les couches contenant les traces ont pu se retrouver à la surface suite à l’action de l’érosion.

Arrivés au sommet, nous partons pour un parcours moitié promenade, moitié escalade à travers des formations rocheuses impressionnantes. Les autochtones ont d’ailleurs identifié, au fur et à mesure, des animaux dans nombre d’entre elles. On y trouve le poisson, les tortues, les éléphants… Saurez-vous les reconnaître?

Nous poursuivons en admirant le panorama grandiose de la vallée, à couper le souffle…

Puis nous descendons à l’intérieur des grottes sculptées par les pluies, dont certaines sont qualifiées de cathédrales, à raison!

Enfin, nous trouvons ici des peintures rupestres plutôt simples qui servaient, a priori, de moyen de communication entres les peuples primitifs d’Amérique du sud («  Touche pas à ma maison  » ou encore «  le nord c’est par là  »)

Nous terminons notre découverte du parc par le circuit «chiflon qaqa», qui nous mène, le long de la rivière, en amont du canyon. Le parcours est agréable quoique parfois acrobatique, les guides sont obligatoires dans le parc et on comprend bien pourquoi!

Petit à petit, nous arrivons sur des zones où l’eau à sculpté la roche en une succession de bassins lisses…

Et là, les enfants du villages viennent se baigner, bientôt imités par une ribambelle de H, trop contents de se rafraîchir après la balade!

Nous terminerons la boucle par une jolie cascade avant de prendre le chemin du retour… Tout aussi long que l’allée, mais c’est sûr, ça valait le coup.

On s’interroge d’ailleurs, de même que les guides avec qui nous avons discuté, sur l’impact qu’aura la nouvelle route sur le secteur. Le parc est sauvage et préservé, et c’est un vrai bonheur de s’y promener dans des sentiers pas toujours balisés… Sauront ils gérer l’afflux de touristes qui ne manquera pas lorsqu’il ne faudra pas deux heures pour le rejoindre depuis Cochabamba? On l’espère en tous cas, afin que ce lieu magique soit préservé…

2 commentaires sur “Torotoro, épisode 2

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :