Le sud-est, dernière ligne droite…

Nous roulons maintenant le long du Rio de la Plata (mais toujours sans voir l’autre rive), sur la côte sud de l’Uruguay pour notre dernière ligne droite en direction de Montevideo.

Pas très loin de Punta del Este, nous faisons une étape à Punta Ballena pour découvrir l’univers du peintre Carlos Paez Vilaro : sa «maison» Casapueblo.

A l’origine, il n’y avait sur cette pointe en forme de baleine qu’un petit cabanon, et pendant de nombreuses années, l’artiste a construit pièce à pièce ce qu’il a appelé «une sculpture habitable».

Le résultat est surprenant et vraiment très agréable. Tout y est peint à la chaux, ce qui fait un peu penser à la Grèce, les formes bizarres en plus. On trouve partout les interventions de l’artiste, jusqu’au fond de la piscine!

Aujourd’hui, le bâtiment est tellement grand qu’on y trouve, en plus du musée, un hôtel, deux restaurants et une partie privée. L’endroit est à la fois immense et plein de petits lieux agréables et conviviaux, avec des vues magnifiques sur le rio.

A l’intérieur, nous découvrons les nombreuses réalisations de Paez Vilaro, qui en plus d’être peintre et sculpteur prolifique, a participé à des films et documentaires et s’est investi dans de nombreuses causes. Il s’est passionné par l’art et la culture nègre, en Amérique et en Afrique et son œuvre en est très imprégnée. La plupart de ses créations sont très colorées et vivantes, et nous plaisent beaucoup. On y retrouve beaucoup de soleils, d’images de carnaval et de sourires : une belle rencontre!

Un peu plus loin, nous faisons une étape au château de Piria, demeure du fondateur de la ville de Piriapolis. Changement d’architecture, cela nous surprend un peu de voir ce bâtiment avec tourelles et créneaux, construit il y a une grosse centaine d’années sans intention défensive!

Nous passons un peu plus de temps dans le parc très agréable qui l’entoure, où des dizaines de perruches nichent dans les palmiers et volent de l’un à l’autre en s’interpelant bruyamment…

Nous y voyons aussi des colonies de fourmis, qui ont creusé des «autoroutes» à force de suivre les mêmes chemins, c’est impressionnant et passionnant pour les enfants.

Mais il est temps pour nous de repartir et d’offrir une bonne douche (chez le roi du lubrifiant, oui oui) à Bôtiluth : Montevideo est en vue!

20180522_153922

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :